Notre parole

مرحبا ! добро пожаловать! მოგესალმებით!Bienvenues ! Welcome !Willkommen ! Bienvenidas ! Benvenute ! Ahlaan bik ! Bari Galust ! Kalos Irthate ! Hosgeldiniz ! Heyrhatin !


Bienvenu.e.s à cette belle action féministe transnationale !

Féministes habitant.es de l’Europe, féministes de multiples couleurs et de multiples sources d’influence, nous manifestons toutes et tous ensemble à Nice, préfecture du département des Alpes-Maritimes, une ville stratégique qui devrait donner accès à des conditions de vie dignes et qui est pourtant emblématique de la répression policière et de la violation des droits fondamentaux des personnes exilées.

Nous sommes là, près de la frontière italienne et de la Méditerranée, pour rappeler que les frontières sont construites sur des logiques patriarcales, nationalistes, militaristes et capitalistes. L’Europe tire sa puissance du post-colonialisme, du pillage des matières premières d’autres pays, des accords de libre échange qu’elle impose et de son interventionnisme militaire. En fermant les frontières, les politiques (anti)migratoires européennes ne font que renforcer le développement des économies mafieuses. Les violences économiques, physiques et psychologiques s’articulent à des violences sexistes et sexuelles. Nous dénonçons particulièrement les violences spécifiques que subissent les femmes, les enfants et personnes trans (abus, chantages, viols, réseaux de prostitution, traite des êtres humains à des fins sexuelles ou autres).

Nous sommes là, féministes, pour montrer que nous nous opposons aux politiques européennes qui criminalisent la mobilité et la rendent dangereuse. Ici et ailleurs, les femmes, les personnes trans, gay et lesbiennes, et les mineur.es qui franchissent les frontières subissent des violences spécifiques, que nous dénonçons et combattons. Nous venons dénoncer les pratiques discriminatoires et racistes des États.

Nous sommes aussi là pour dénoncer les pratiques d’enfermement et d’expulsion des personnes exilées et réclamons la fermeture de tous les Centres de Rétention Administratifs.

Nous sommes là pour lancer une campagne féministe internationale pour abolir ces politiques criminelles et en faire une priorité des luttes féministes en Europe. La prochaine étape est une pétition, que nous vous invitons à signer massivement. Cette pétition sera envoyée aux institutions internationales responsables de ces politiques. Nous mettrons ensuite en place de multiples formes d’actions jusqu’à la construction d’une Europe sans muraille, pour que les droits soient les mêmes pour toutes et tous, quelques soient les nationalités.

Ça paraît incroyable ? Oui, mais il faut imaginer encore et encore ! Il faut croire en notre force. Voilà, malgré tous les vents contraires nous avons réussi cette action incroyable, nous sommes là et ce n’est qu’un début ! Aujourd’hui, nous lançons notre campagne féministe internationale, contre ces politiques européennes en dansant joyeusement avec des milliers de cerfs-volants.

Tout à l’heure, nous allons les faire voler toutes ensemble face à la mer Méditerranée qui est devenue un cimetière, une frontière meurtrière. Là, nous allons saluer les odyssées de notre époque. Pour mettre en lumière les traversées des femmes qui se libèrent, se créent, voyagent et s’envolent. Les femmes qui constituent 54% de la population migrante en Europe sont invisibilisées par les États européens qui les condamnent à une existence sans droits, à l’exploitation et à la violence.

Pourtant…pourtant, dans cette invisibilité, il y a aussi la résistance qui embellit nos parcours. La résistance collective qui embellit nos vies. La résistance féministe qui embellit le monde qui nous accueille.

Lançons en dansant notre campagne pour une Europe sans muraille. Montrons que ce monde empreint d’injustices et de tristesses pourrait être un espace de liberté et de joie.

Lire notre parole en castillan